Web

Glory Roads: Raconte moi ta marque N°3 – Nintendo –

84vues

Bonjour à tous!

Content de vous retrouver pour ce troisième volet de notre rendez-vous bimensuel consacré à l’histoire de marques que l’on côtoie tout les jours.

Cette semaine, j’ai choisi de vous parler d’une marque qui me tient particulièrement à cœur puisque aussi loin que je me souvienne j’ai toujours possédé l’un de leurs produits. Ainsi, vous trouverez ci-dessous tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Nintendo.

L’histoire de la marque:
Nintendo Company, Limited est une entreprise multinationale japonaise fondée en 1889 (124 ans quand même…!) par Fusajiro Yamauchi. (à titre de comparaison, Sony et Micorsoft, ses 2 principaux concurrents ont été lancés respectivement en 1946 et 1975)

À ses débuts, la société produisait des cartes à jouer japonaises : les hanafuda.
À partir des années 1980, Nintendo fait parti des précurseurs à s’être lancé dans le marché des consoles et des jeux vidéo. Actuellement, elle est l’un des leaders de ce marché : en 2008, Nintendo est classé premier éditeur de jeux vidéo au Japon et deuxième aux États-Unis. Au 1er décembre 2006, Nintendo a vendu 387 millions de consoles et 2,2 milliards de jeux vidéo dans le monde.
En 2007 la firme réalise 17 milliards d’euros de chiffre d’affaire pour un résultat net de 1,56 milliard d’euros. En 2012, la firme de Kyoto emploie 4 928 personnes.

panneau cards

1889-1970 : les débuts

Créé le 23 septembre 1889, Nintendo se nomme d’abord Nintendo Koppaï qui peut se traduire en français par « Laissons la chance au ciel ». Il ne s’agit que d’une petite entreprise artisanale que Fusajiro Yamauchi a créée pour vendre des cartes à jouer, les hanafudas, qu’il avait inventées et fabriquées lui-même. Elle est rapidement devenue leader du marché des cartes à jouer au Japon.
Fusajiro prendra sa retraite en 1929 et cèdera sa place à son gendre, Sekiryo Yamauchi (originellement Sekiryo Kaneda, il adopta le nom de Yamauchi à la suite de la demande de Fusajiro).
Il faudra attendre 1949 et l’arrivée du jeune Hiroshi Yamauchi, le petit-fils de Sekiryo Yamauchi, (et qui sera président de Nintendo jusqu’en 2002) pour voir les activités de la société se diversifier concrètement. Par exemple, on l’a vu se développer dans le marché des portions de riz individuelles, la gestion de compagnies de taxis, elle est même propriétaire d’une chaîne de Love Hotels.
En 1969, est créé le département Games dirigé par un nouveau venu dans l’entreprise, Gunpei Yokoi. Le premier jouet de ce dernier se nomme Ultra Hand et se vendra à 1,2 million d’exemplaires. Par la suite, Nintendo lancera d’autres jouets avec plus ou moins de succès.

1970-1983 : Du jeu au jeu vidéo

C’est au début des années 1970 que Nintendo se tourne vers le marché naissant des jeux vidéo. En plus de créer des jeux pour les bornes d’arcades, Nintendo collabore avec Magnavox à la création de l’Odyssey, la première console de salon multi-jeux de l’histoire (1972), précédant de quelques mois les consoles Pong d’Atari.

Il est difficile de dater l’invention du jeu vidéo et d’en attribuer les mérites à une personne en particulier. Toutefois, les trois événements suivant en marquent les prémices et en posent finalement les bases :
– En 1951, Ralph Baer, un ingénieur américain de la société Loral Electronics est chargé de concevoir « la meilleure télévision du monde ». Après réflexion, il propose d’y intégrer un module de jeu, mais cette idée est refusée par son employeur. Ainsi, bien que n’ayant pas réellement produit de jeux vidéo, il est généralement crédité comme étant la première personne à avoir eu l’idée d’un jeu vidéo. Il est d’ailleurs à l’origine de l’Odyssey.
– En 1952, A. S. Douglas de l’université de Cambridge au Royaume-Uni est le premier à réaliser un jeu vidéo sur un EDSAC, un ordinateur de l’époque, afin d’illustrer sa thèse sur les interactions homme-machine. Il s’agit d’OXO, un morpion dont l’un des joueurs est contrôlé par l’ordinateur.
– En 1958, Willy Higinbotham crée un jeu appelé Tennis for two en reliant un oscilloscope à un ordinateur, Higinbotham propose une sorte de tennis simplifié où deux adversaires doivent renvoyer une balle au-dessus d’un filet à l’aide de deux contrôleurs.

La première console créée par Nintendo voit le jour en 1977 uniquement au Japon. Elle se nomme Color TV Game 6 (plusieurs variantes lui succèderont). Cette console connaîtra un certain succès et incitera Nintendo à poursuivre dans ce domaine.
En 1980, Nintendo lance les Game & Watch créés par Gunpei Yokoi. Ces jeux électroniques, qui tiennent dans la poche, connurent un très grand succès à travers le monde : en 2008, certaines versions de G&W très recherchées atteignent des prix avoisinant les 500 euros. C’est de ces jeux électroniques (avec un écran à cristaux liquides) que sont issus les plus emblématiques personnages de Nintendo (Mario et Donkey Kong). Vendus à 43,4 millions d’exemplaires à travers le monde, ces 59 jeux représentent l’un des plus gros succès de la firme de Kyōto. Gunpei Yokoi, créateur du jeu Metroid, est aussi l’inventeur de la croix directionnelle qui depuis 1980 bénéficie d’un brevet d’étude appartenant à la firme Nintendo.

G&W

1983-1989 : Le début du succès

En 1983, Nintendo sort la console Famicom (Family Computer) au Japon, et en 1985 aux États-Unis (1986 en Europe et au Canada) sous le nom de Nintendo Entertainment System (NES).
Au début des années 1980, la micro-informatique explose et le marché des consoles s’effondre pour la première fois de sa courte histoire. En effet, à l’époque, les micro-ordinateurs ne coûtent pas plus cher que les consoles tout en offrant plus de services. Seule la Famicom, grâce à son prix très compétitif, réussit à tirer son épingle du jeu. Et alors que Coleco fait faillite, que Mattel et MB s’écartent du marché et qu’Atari et Philips se recyclent dans l’informatique, Nintendo se retrouve ainsi sans aucun concurrent. Malgré la sortie, en 1986, de la console Master System de Sega, Nintendo règne en maître incontesté sur le marché des consoles.
C’est grâce à la qualité et au nombre important de jeux sortis que la Famicom s’impose, selon la tactique imposée par Hiroshi Yamauchi. En 1985, le très célèbre Super Mario Bros. est mis en vente et sera le deuxième jeu le plus vendu au monde (derrière Wii Sports de Nintendo, vendu avec la console Wii) avec 40.24 millions d’exemplaires.
C’est sur la NES que naîtront les plus grandes licences Nintendo tels que Metroid, la trilogie Super Mario Bros ou encore The Legend of Zelda . Le marché se développe tellement qu’on assiste, en 1988, à une véritable pénurie de microprocesseurs chez Nintendo.
À la fin des années 1980, Nintendo est l’entreprise japonaise la plus rentable, devant Toyota, et près d’un foyer sur deux au Japon est équipé d’une Famicom. À cette époque Nintendo contrôle près de 90 % du marché des consoles de salon.

NES-Console-Set

1989-1995 : L’apogée de la société

Encore grâce au génie de Gunpei Yokoi, Nintendo enfonce le clou en sortant en 1989 la Game Boy. La sortie de la petite console portable de Nintendo est accompagnée du célèbre Tetris, c’est un succès foudroyant. Cette console a su allier prix bas, grande autonomie et un catalogue de jeux aussi riche que varié. C’est un mariage dont a été incapable la Lynx d’Atari et la NEC PC Engine GT, pourtant bien plus performantes, mais bien trop chères. Seule la Game Gear de Sega aurait pu concurrencer sérieusement la Game Boy, mais sa faible autonomie lui a fait perdre le combat. Fait surprenant, à cette époque, tous les concurrents de la Game Boy étaient en couleurs, alors qu’elle ne disposait que d’un écran monochrome!
Côté console de salon, c’est NEC avec sa PC-Engine et surtout Sega avec sa Genesis (Megadrive enEurope), qui briseront la suprématie de Nintendo. Nintendo réplique en 1990 en sortant la Super Famicom (SNES aux États-Unis, Super Nintendo en Europe). Malgré un démarrage fébrile, c’est à partir de 1992 (date de sa sortie en Europe) et grâce à sa légère supériorité technique face à ses concurrentes que la console finit par s’imposer.

00676828-photo-la-console-portable-game-boy

snes

1995-2001 : Une époque contrastée

Pendant l’été 1995, Nintendo lance sur les marchés américain et nippon une console 32 bits expérimentale : le Virtual Boy. Cette console mi-portable, mi de salon imaginée par Gunpei Yokoi se présentait sous la forme d’un casque reprenant le concept de réalité virtuelle. Ce fut un échec, à peine 700 000 unités furent vendues, contraignant Nintendo à annuler le lancement européen.
Contrairement à ce qui est souvent avancé Gunpei Yokoi n’est pas parti de la société à cause de l’échec du Virtual Boy mais simplement pour pouvoir créer des jouets pour enfants ce qui était depuis toujours sa véritable passion. Il décèdera dans un accident de la route 2 ans plus tard.

virtual boy

Le Project Reality (ou Ultra 64) sort enfin en 1996 au Japon et aux États-Unis et en 1997 en Europe.
Rebaptisée Nintendo 64, cette console ultra puissante lors de son annonce en 1993 en partenariat avec Silicon Graphics n’était plus aussi révolutionnaire en 1996, après deux ans de retard. Sans être un échec commercial, elle ne connaît pas le succès escompté, et le marché se voit dominé par Sony et sa PlayStation. Malgré tout, Super Mario 64, qui sort en même temps que la console, révolutionne le monde du jeu vidéo avec sa 3D superbe et sa maniabilité au stick analogique

C’est un petit jeu anodin, nommé Pocket Monster (Pokémon), sorti sur Game Boy en 1995, qui va relancer la firme. En effet, et contre toute attente, ce jeu connaît un succès planétaire et se place en tête des meilleures ventes de jeux (2e meilleure vente à ce jour), relançant du même coup les ventes de Game Boy, et faisant de la portable de Nintendo la console la plus vendue de l’histoire.

Par la suite, des succès comme Mario Kart 64, The Legend of Zelda: Ocarina of Time et GoldenEye, F-Zero X vont s’enchaîner et faire décoller les ventes de la Nintendo 64 (sans toutefois égaler celles de la PlayStation). En 1998, la Super Nintendo s’était vendue à plus de 49 millions d’exemplaires.

64

2001-2004 : les prémices d’un retour

En 2001, le rythme des sorties sur Nintendo 64 se ralentit : la fin est proche. Nintendo sortira, dans le dernier trimestre de 2001, son ultime grand jeu : Paper Mario.
En juin 2001, Nintendo sort la remplaçante de la Game Boy (âgée de 13 ans, bien qu’ayant connu 3 évolutions ; la Game Boy Pocket en 1996, la Game Boy Light et la Game Boy Color en 1998), la Game Boy Advance. Cette console portable, plus puissante que la Super Nintendo, crée un véritable engouement, tant chez les joueurs que chez les développeurs.
Fin 2001, Nintendo sort au Japon et aux États-Unis la GameCube (autrefois nommée Dolphin), créée pour concurrencer la Dreamcast de Sega, la PlayStation 2 de Sony et la Xbox de Microsoft,
Fin mai 2002,Hiroshi Yamauchi quitte la présidence de Nintendo après plus de 50 ans passés à sa tête. Son successeur est Satoru Iwata.

Game Cube

2004 à 2012 : Le retour de la réussite commerciale

Fin 2004 au Japon et aux États-Unis, début 2005 en Europe, Nintendo lance la Nintendo DS, nouvelle console portable équipée de plusieurs fonctions jusque là inédites dans le domaine du jeu vidéo portable; telles que l’utilisation de deux écrans rétro-éclairés simultanément dont un tactile, d’une connexion internet-joueurs Wi-Fi et d’un microphone intégré.
Lors de l’E3 2005, Nintendo présente au public certaines caractéristiques de sa nouvelle console de salon : le Project Revolution.
Satoru Iwata, nouveau président de Nintendo, s’avère décidé à se démarquer avec la nouvelle génération de console de salon en approche: le but est de revenir à des coûts de production peu élevés, avec un système de jeu unique qui poussera les ventes vers l’avant. Cela risque de repousser les joueurs réguliers; il faut donc toucher un public plus occasionnel.
La Révolution se nomme désormais “Wii”, soit “We”, ou “Nous”, signe de l’orientation multijoueur donnée à cette console. Le design de la console aborde un style “épuré”, et aura le but de plaire à un large public.
En janvier 2007, Nintendo a déjà vendu près de 6 millions de consoles Wii à travers le monde et compte en vendre 14 millions en 2007/2008.

Wii

Fin 2007, Nintendo change son site. Le design du site aborde un style épuré, correspondant aux couleurs de la Wii et de la Nintendo DS Lite.
Fin 2008, Nintendo adopte définitivement un nouveau logo: soit le même que le précédent, mais en un gris assez discret correspondant mieux ainsi aux couleurs ‘épurées’ de la Wii et de la Nintendo DS Lite.

logo

Fin 2009, Nintendo met en vente le jeu New Super Mario Bros Wii, un épisode 2D du célèbre Mario. Le jeu bat le record de ventes sur la durée la plus courte, autrefois détenu par Grand Theft Auto: San Andreas et devient le jeu le plus rapidement vendu de l’histoire, cumulant en février 2010 près de douze millions de ventes après deux mois de commercialisation.
En juin 2010, à l’occasion de l’E3, Nintendo dévoile sa nouvelle console portable devant succéder à la gamme Nintendo DS. Dénommée Nintendo 3DS celle-ci conserve le concept des 2 écrans, mais la grande nouveauté provient de l’écran supérieur qui permet d’afficher des effets 3D sans que l’utilisateur ait besoin de porter des lunettes.
Nintendo dévoile sa nouvelle console lors de l’E3 2011. Dénommée Wii U (nom de code Project Café), elle est la première console capable d’afficher des jeux en 1080p en natif et sera rétrocompatible avec les jeux et accessoires Wii. La manette, appelée GamePad, constitue la principale innovation. Celle ci comprend un écran tactile, une caméra, un micro, un gyroscope et offre la possibilité de commencer à jouer sur la TV pour poursuivre sur l’écran de la manette.

wii u

Anecdotes et faits intéressants :

– Par souci d’économie, la première Famicom était rouge car le plastique rouge était le moins cher de tous à l’époque.
– Nintendo vendait la Famicom à prix coûtant, ne jugeant pas nécessaire de gagner de l’argent dessus. Tous leurs bénéfices provenaient donc des jeux.
– À la fin des années 1980, un foyer japonais sur trois est équipé de la Famicom, et Nintendo est l’entreprise japonaise la plus rentable, devant Toyota.
– Au total, 1 251 jeux ont été développés pour la console, tous continents confondus.
– En raison de sa forme, la manette de jeu de la NES 2 était surnommée aux États-Unis « dogbone » (littéralement « os de chien »).
– En 1993, un projet de lecteur CD-ROM, en collaboration avec Sony, pour la Super Nintendo est annoncé, son nom : Super Nintendo Play Station.Toujours en 1993, Nintendo annule le partenariat avec Sony, il semblerait en effet que Sony ait essayé de reprendre la technologie Nintendo pour leur propre usage (ce qui se passera d’ailleurs avec leur machine, qu’ils nommeront d’après le nom du projet : PlayStation).
– La société The Pokémon Company a exprimé en 2004 son souhait de réaliser, avec Nintendo, des films-interactifs : le spectateur pourrait utiliser sa console et le jeu évoluerait en fonction des choix du spectateur/joueur.
– Nintendo est actionnaire majoritaire des Seattle Mariners, une équipe de baseball américaine, de l’équipe de basket-ball NBA Atlanta Hawks, et possède un certain nombre de ports de plaisance sur la côte est des États-Unis.
– Lors du Tokyo Game Show 2003, Nintendo a annoncé sa décision de s’implanter en Chine. Les produits Nintendo commercialisés en Chine porteront le nom iQue. Le premier projet de Nintendo en Chine sera l’iQue Player, une Nintendo 64 recarossée.
– Lors du changement de logo fin 2008, Il sera demandé par courrier à de nombreux journaux et magazines de ne plus utiliser l’ancien logo rouge. Les boites de jeux abordant encore l’ancien logo sont rééditées, ainsi également que le contenu des jeux ou apparaissent le logo rouge.
– Nintendo s’est installé à Redmond avant Microsoft. Et oui, c’est un fait qui n’est pas connu de tout le monde, mais Nintendo a bel et bien planté son drapeau à Redmond (dans l’état de Washington) avant le géant de l’informatique. Cet emménagement a eu lieu en 1982, soit quatre ans avant l’arrivée de Microsoft.
– Nintendo a conçu un projet de téléphone dans les années 2000. On ne parle pas ici de téléphone fixe pour la maison, mais bien de téléphone mobile. Ce projet (rapidement abandonné) était conjointement mené par Nintendo et Nokia, alors leader du marché.
– Nintendo a déjà fabriqué des LEGO. Baptisés “N&B Blocks”, ces derniers ont fait l’objet d’affrontements judiciaires entre la fameuse société LEGO et la firme nippone. Il semblerait que Nintendo ait réussi à s’en sortir en s’appuyant sur la forme ronde de ses briques, qui se démarquaient alors des cubes et rectangles de chez LEGO.

n-b-briques

Principales ventes de consoles:
– Nintendo DS / Nintendo DSi : 153 millions de consoles vendues
– Game Boy : 118 millions de consoles vendues
– Wii : 97 millions de consoles vendues
– Game Boy Advance : 81 millions de consoles vendues
– Famicom / NES : 62 millions de consoles vendues
– Super Nintendo : 49 millions de consoles vendues
– Game & Watch : 43 millions de consoles vendues
– Nintendo 64 : 33 millions de consoles vendues
– Nintendo 3DS : 28 millions de consoles vendues
– GameCube : 22 millions de consoles vendues
– Virtual Boy : 770,000 consoles vendues

Principales ventes de jeux:
– Mario, 250 millions de jeux vendus (série de jeux vidéo la plus vendue de l’histoire)
– Pokémon, 200 millions de jeux vendus (2e série de jeux vidéo la plus vendue de l’histoire)
– Donkey Kong, 60 millions de jeux vendus
– The Legend of Zelda, la série, 52 millions de jeux vendus
– Metroid, 20 millions de jeux vendus

personnages-nintendo

Retrospective publicitaire:

Il existe un très grand nombre de publicité de la marque, pour chaque modèles de console. J’ai donc décidé d’essayer de m’axer sur les publicités vantant les consoles et non les jeux associés.

-NES:
Franchement on peut dire que les 1ères publicités de la marque font quand même un peu peur avec le recul…

– Game Boy:

– Super Nintendo:

– Nintendo 64:

– Game Cube:


Publicité Gamecube 2002 par BASF13

– Wii:

– Wii U:

Comme vous le savez, Nintendo n’est pas seul sur ce marché, mais pour ce qui est de ses concurrents, il s’agit d’une autre histoire que nous aurons l’occasion d’aprofondir dans un prochain numéro de notre Glory Roads.

Bonne journée.

Guillaume

Source:
– Wikipedia
– http://www.histware.fr/#premices
– http://www.minutebuzz.com/
– http://www.culturepub.fr/
– http://nintendo-museum.fr/

Laisser un commentaire

36be313033b9f1312bbf3f2de0848c83:::