DigitalExpérience de Marque

Quand la WWF devient une marque de vêtements

96vues

En 2013, les associations humanitaires sont confrontées à un problème assez simple en apparence: « Les gens ne donnent plus sans rien recevoir en retour ».

Face à ce constat et à l’occasion des 40 ans de WWF France – 1ère organisation mondiale dans la protection des espèces animales en voie de disparition – L’agence Marcel a conçu une campagne réinventant totalement le concept de levée de fond.

A lieu de faire culpabiliser les gens en leur montrant la planète en danger, la marque a décidé de créer une véritable marque de vêtement la Wonder World Fur proposant des produits à base de fourrure naturelle (laine de mohair) et de faire incarner cette fourrure par des animaux imaginaires.

Vous pouvez ainsi acheter des vestes de Bamboseal, ou un sac de Dolyphan…

Pour soutenir cette marque, l’agence à mis au point un dispositif transversal associant print web & vidéo.

Le Print

Visuels shootées par le photographe Mark Seliger (Rolling Stones,Vanity Fair) avec Angela Lindvall.

print1-550x360

print2-550x361

print3-550x359

La Vidéo

Le Web

Le dispositif web se divise en plusieurs briques.

Dans un premier temps, un site de marque a été développé. Vous pouvez y découvrir et y commander les vêtements. La collection se compose d’une demi-douzaine de pièces entre 65 & 410€.

Lien vers le site

Capture-d’écran-2013-02-26-à-19.23.59-550x353

Le reste du dispositif web se compose d’opération de viralisation sur les réseaux sociaux comme un hoax sur le blog de David Abiker (et un passage sur Canal +), une opé twitter #ootdwithfakefur avec la participation de blogueuses mode comme Kenza, Valentine ou Margot… et un jeu « don de viralité » sur Pinterest à venir prochainement.

Pour terminer sur le digital, la WWF a également imaginé une vente aux enchères exclusives de 48H réservé aux fans Facebook, pour acquérir un manteaux de fourrure unique.

Pour conclure sur cet article, je trouve que le partis pris est vraiment très différenciant.
D’habitude je suis déçu de voir comment les associations humanitaires prennent peu de risque en se “contentant” de jouer sur la sensibilité et le coté humain des individus.
Je suis vraiment ravi de voir enfin une association prendre des risques et à proposer un dispositif véritablement différent et surprenant. Cette stratégie a certainement demandé un investissement important, tant sur le nombre d’heures que sur l’aspect financier. Mais je suis persuadé que les retombées et les ventes compenseront largement l’investissement.

Bonne journée

Jérôme

PS: merci à Blogenbois pour leur article si complet

Laisser un commentaire

132aa2b0cf70a7b3f1bb4809a896ec5c<<