Digital

Quand Hadopi fait de la publicité

31vues

L’Hadopi est la Haute Autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur Internet.

Elle a été instituée par la loi du 12 juin 2009 et ses missions sont définies aux articles L. 331-12 et suivants du code de la propriété intellectuelle.

Ses missions sont de 3 ordres :
1) Encourager le développement de l’offre légale et observer l’utilisation licite et illicite des œuvres sur internet
2) Protéger les œuvres à l’égard des actes de contrefaçon en ligne;
3) Réguler l’usage des mesures techniques de protection et d’information.

Malheureusement, en France, cette loi est généralement mal perçue. Pour la majorité des individus, la loi Hadopi se contente de lutter contre le téléchargement illégal de contenus protégés par le droit d’auteur.

Que ce soit de la musique, des films ou des séries, le numérique a permis aux individus de se créer via le téléchargement des bibliothèques importantes et gratuites. Donc le numérique permet la diffusion des œuvres créatives mais c’est au dépend des revenus générés par la vente. Le problème se situe au niveau de la rémunération des artistes.

Ainsi pour pouvoir expliquer et faire comprendre les véritables enjeux de la loi Hadopi, l’organisme public a lancé un label (le label pur) et une campagne. Celle-ci, composée de 3 spots vidéos a pour objectif de sensibiliser la population aux conséquences possibles d’un téléchargement trop important de contenus artistiques.

D’un point de vue publicitaire, je trouve ces publicités amusantes, claires et assez impactantes. Le message passé est cohérent avec la « marque ». D’autre part, ces différents exemples concrets donnent un sens à une loi considérée comme impopulaire et inutile. Donc j’ai envie de dire que c’est une bonne campagne.

D’un point de vue plus personnel, je ne pense pas que le téléchargement illégal soit forcement si négatif pour les artistes. Il est vrai que les revenus liés à la revente d’albums ou de DVDs sont en baisse, néanmoins, grâce aux technologies numériques, les artistes bénéficient d’une tribune gratuite leurs permettant de se faire connaître et de diffuser leurs contenus bien plus largement qu’auparavant. Cette reconnaissance ainsi obtenue permet également d’augmenter les revenus liés aux concerts et à la revente de produits dérivés.

Dans ce contexte, je pense que l’on ne peut pas espérer une opportunité gratuite de se faire connaitre sans avoir une contrepartie négative qu’est le téléchargement.

Je ne dis pas qu’il faut télécharger et aller contre cette loi. Je dis juste que le téléchargement illégale est un dommage collatéral à la diffusion gratuite de contenus créatifs.

Bonne journée à tous

Dje_AdsAddict.

Laisser un commentaire

91fdaf56738633a31691a074052b850d9999999999999999999999